E6D7C001-AE92-439E-BC75-8C55FD4E9F23.jpg
IMG_1259.JPG

Conseillère en agro-écologie. 

Changer le climat en changeant nos pratiques agricoles. 
 

Née à Bazas, mes meilleurs souvenirs d'enfance sont dans la ferme de Cudos ou étaient élevées des bazadaises et des boeufs gras. Mais la terre que je connais le mieux est celle du vallon du Beuve. (Beuve qui veut dire castor)

Formée en paysagisme horticole (Merritt College Oakland 2003-2007), j’ai travaillé dans les jardins privés pendant 10 ans en faisant à la fois des dessins et des designs, des plans de plantations, des plantations et de l’entretien. Pendant ces années dans la baie de San Francisco, je travaille a la fois avec des équipes de paysagisme, d’entretien, des fermes urbaines et solo. Jardinière, paysagiste est une profession qui force une grande attention aux sols, aux plantes, aux microclimats, aux espèces endémiques, aux pollutions et à travailler en conséquence. Dans ce climat méditéranéen, on apprend à surfer les saisons parce que l’on a désormais 9 mois sans pluies. Je n’ai jamais pensé alors que travailler dans ces conditions climatiques me serait aussi utile aujourd’hui.

J’ai enseigné le paysage à l'ESAD d'Orléans 2011-2013. Et plus tard Plant Matters a SFAI (San Francisco). Ces années-là m’ont permis de rechercher et comprendre le lien entre l’art et le paysage, l’art et le lien à la terre plus profondément - car ma formation initiale était artistique.

Je suis formée en permaculture, et depuis 2019, j'étudie l'agroécologie et l'agroforesterie avec Arbres et Paysage 32. Ces dernières années ont été extraordinairement complémentaires à mes formations et expériences antérieures, car en agroécologie on pense la complexité des relations entre arbre, pluie, champignon, climat, zones humides, oiseaux migrateurs, élevage, pratiques vétérinaires etc etc etc. Je me sens désormais bien mieux équipée pour accompagner les agriculteurs conventionnels qui souhaitent transitionner vers des systèmes plus résilients face aux enjeux auxquels nous faisons face, soit l’effondrement de la biodiversité dans les milieux agricoles, l'assèchement des terres, la disparition des zones humides, l'érosion des sols et leurs incapacités à retenir l’eau.

Comment limiter la perte des sols en créant des sols plus riches capables de retenir l’eau et les sédiments? Comment amplifier les zones humides et ripisylves? Comment cultiver sur sol vivants? Comment nourrir un sol? L’agroecologie propose des solutions qui oeuvre avec la terre plutôt que lutter contre. 

Le Beuve

Bientot!

Contact

suzannehusky at gmail.com